Les locomotives Type 25, 26, 27, 28 et 29.

Le Type 25.

Les locomotives du types 25 sont, majoritairement, des machines fabriquées en Belgique, selon des plans allemands, pour le compte de l'occupant nazi (commande de 200 machines en 1943-44). Le modèle allemand est connu sous la dénomination BR 50 ÜK (locomotive d'origine dite unifiée DRG (allemagne époque 2); ÜK = Übergangskriegbauart : construction de guerre transitoire ). Il s'agit d'une decapod (1'E, 150 ou 2-10-0), 2 cylindres simple expansion avec surchauffe, légère, d'une puissance de 1625 CV UIC à l'origine (en 1955, la SNCB baissera le timbre de la chaudière de 2 bar). Ce type reprend également des prises de guerre de BR 50 ÜK et une unique BR 44 ÜK, decapod, 3 cylindres simple expansion avec surchauffe, plus lourde et plus puissante, reconnaissable à sa plus grande chaudière).

Ces locomotives sont donc de construction belge complétée pour la SNCB (14) ou de provenance allemande (11 dont la BR 44).

Signes de reconnaissance : plusieurs dômes sur la chaudière, absence de pare-fumées et de tablier, à l'exception d'un seul exemplaire muni de pare-fumées de type Wagner ou oreille d'Elephant. Les tenders sont du type germanique de 26 m3, le plus souvent ou du tender 30 m3 semi-cylindique dit baignoire.

ROCO Embiellage d'une type 25

Après (malgré) un passage à Schaerbeek pour certaines - dont les raisons sont inconnues -, elles ont toutes été affectées à Latour. Radiation de la dernière machine : 1959.

140 autres machines construites en Belgique seront récupérées chez l'occupant, 12 seront vendues (DSB) et le restant sera ferraillé, suite à l' étonnant achat de 300 ! Type 29 aux usines américaines et canadiennes...

Les locomotives du Type 25 ont été principalement affectées aux trains de marchandises. A noter, une belle circulation voyageurs en été sur l'Athus-Meuse de Virton à Schaerbeek (aller l'après-midi, retour le lendemain matin) jusque et y compris en 1950.

La type 25.012 (La Meuse) est la dernière locomotive à vapeur livrée à la SNCB, le 20 avril 1948. Elle aura été réformée en septembre 1958.

Les type 25 complétées pour la SNCB étaient au couleur nationale : châssis noir, majeure partie de la chaudière vert, le reste noir, fanal avant unique. Ni filets, ni cadres, ni rechampis à l'exception rare d'un filet rouge courant le long du tender. Les types 25 de provenance allemande étaient au couleur de la DRG : Châssis, roues et embiellage rouge, le reste noire, deux fanaux à l'avant et à l'arrière.

Le Type 26.

Les types 26 sont des machines allemandes fabriquées en Belgique pour le compte de l'occupant (100), selon des plans allemands, mais non achevées à la libération.

Le prototype est connu sous la dénomination BR 52 (Krieglokomotive ou KDL) de la DRG. Il s'agit d'une decapod (1'E, 150 ou 2-10-0), 2 cylindres simple expansion avec surchauffe, version simplifiée (usage strictement limité des métaux non-ferreux, notamment) de la BR 50 (type 25), avec les mêmes caractéristiques et des performances identiques. Elles sont donc de construction belge, complétées pour la SNCB, qui exigea, notamment, le montage du même abri que les types 25 bien que l'abri prévu soit plus confortable (fermé) la banalisation était-elle déjà un projet ?

Signes de reconnaissance : une grande sablière carrée sur la cheminée, petits pare-fumées dit Witte. Certaines machines étaient attelées à un tender de 30 m3 à la caisse semi-cylindrique et sans châssis, connu sous le surnom de tender baignoire. Latour en reçu une bonne dotation, elles furent affectées en double traction à la remorque des trains de minerais pour les bassins sidérurgiques wallons. Radiation de la dernière machine : 1963.

HO : locomotive à vapeur patinée SNCB 26033, Treinshop Olaerts # 37157.800

6.285 locomotives de type BR 52 ont été construites en Europe et ont circulé dans 19 pays différents, toutes semblables, à l'exception de la série belge qui a donc reçu, sur injonction de la SNCB, le même abri simplifié que la type 25 en lieu et place d'un abri fermé.

Le type 26 fut très apprécié : élégant, puissant et passe-partout, l'entretien était simple et le poste de conduite spacieux. On pouvait les rencontrer pratiquement partout dans le sud du pays. Elles tractèrenet toute sorte de trains : des plus courts et plus légers sur des lignes de campagne (e.a. 38, 150) aux plus lourds et longs (e.a. Athus-Meuse). Episodiquement, elles furent affectées à la tration des omnibus.

Les locomotives type 26 complétées pour la SNCB étaient au couleur nationale : châssis noir, majeure partie de la chaudière vert, le reste noir, fanal avant unique. Ni filets, ni cadres, ni rechampis à l'exception rare d'un filet rouge courant le long du tender.

Le Type 27 (ex 28).

Le Type 27 se compose de 3 locomotives qui ont été récupérées sur les voies belges. Ce sont des Br 52 de la DRG (voir type 26) attelée à un tender à condensation, (Br 52 Kon(d)), les fumées étaient dirigées vers des refroidisseurs à ailettes dans le tender et réduites en eau. Elles constituèrent d'abord le type 28 (en 1944) puis 27.001 à 3 en 1946.

La locomotive 27.001 est et est restée avariée. Les 27.002 (tender 4 essieux et 10 radiateurs) et 27.003 (tender 5 essieux et 12 radiateurs) ont rendu ensuites quelques services en Belgique (trains omnibus Bruxelles - Courtrai du soir, principalement) jusqu'en 1945. Elles accomplirent aussi pour la Belgique un rapatriement de prisonniers, les français refusant toute alimentation de la machine (eau et charbon), elles s'imposèrent, pouvant parcourir près de 800 kilomètres sans reprendre de l'eau. Puis ces deux intéressants attelages roulèrent pendant près de deux ans comme aide logistique à l'armée américaine (rapatriement des trains de permissionnaires de Kassel à Bruxelles).

Toutes les trois seront rendues à la nouvelle DB en 1950.

Le Type 27 est resté aux couleurs de la DRG, châssis, roues et embiellage rouge, le reste noir, deux fanaux à la avant et à l'arrière. marquage blanc.

Série 5601 à 5610 des CFL.

Concordance luxembourgeoise : 10 machines construites en Belgique, n 26.012 à 016 (Tubize) et 26.042 à 046 (Cockerill), ont été vendues aux CFL. Elles ont formé le type luxembourgeois 5601 à 10, completé par 10 machines en provenance de Graffenried. Elles ont toutes reçu un réchauffeur ACFI. Les 26.045 et 46 ont été livrées directement au départ de l'usine. Les autres ont eu un service actif en Belgique le temps d'une semaine à 3 mois. Elles ont été livrées en mai et juin 1946 à l'exception de la 26.043 en octobre 1947, pour une raison toujours non explicitée.

Note : L'omnibus Luxembourg - Arlon était tracté par ces machines.

MÄRKLIN 34158

Le Type 29.

En 1944, le délégué aux acquisitions près des USA du gouvernement belge en exil à Londres signa seul une commande étonnante de 300 locomotives tout service. - Le délégué aurait été confronté au problème des compensations suite à la créance de l'Etat belge sur les ventes d'uranium en provenance de la colonie belge du Congo -. Les américains avaient en catalogue un choix de locomotive au gabarit européen (moins haut et moins large que le leur) à vendre aux pays alliés. L'un d'eux s'inspirait d'un projet/ressemblait à un projet d'une consolidation sur lequel la SNCB avait travaillé.

La SNCB délégua donc un ingénieur auprès des entreprises américaines, qui refusèrent, le contrat étant signé, d'amender les plans. Toutefois, elles ne pouvaient pas livrer les premières avant un délai de près de deux ans.

Aussi, les belges se tournèrent-ils vers les entreprises canadiennes, qui acceptèrent quelques modifications mineures des plans originaux.

C'est la raison pour laquelle la machine a conservé cette allure américaine : cabine aux fenêtres parfois grillagées, chaudière conique composée de 3 viroles au diamètre décroissant, tender brut de fonderie... dont il fallut bien vite remplacer les suspensions des bogies.

Il s'agit d'une machine de route, simple, aux roues de +/- 1,50m, deux cylindres, simple expansion avec surchauffe.

Les entreprises américaines et canadiennes livraient les machines différemment.

Les canadiens assemblaient les locomotives, les peignaient d'une couche de couleur gris souris anti-corrosion, les démontaient, les mettaient en caisse puis les livraient par bateau. Elles étaient assemblées et finies en Belgique (certaines à Salzinnes).

Les américains les expédiaient montées et peintes.

Elles étaient épinglées au port d'Anvers du dôme central à la fermeture de la boîte à fumée, puis levée par la grue et déposée sur les voies.

Elles roulèrent partout en tête de n'importe quel train.

Une Type 29 tracta le dernier train voyageur à vapeur officiel belge.

Note : La machine de musée 29.013 dont la chaudière a été avariée a reçu une nouvelle chaudière de type BR 52 (26). Sa silhouette en est changée. Elle n'est plus représentative du type original (chaudière au diamètre constant, plus longue, plus haute, plus massive).


2009 Contact : traintamarre (at) gmail (point) com