Info


La commande de la série 23 (type 123) entre dans le même cadre de la vague d'acquisition de motrices électriques résultant de l'électrification du réseau belge après la deuxième guerre mondiale que les types 122, série 22 ; au total, ce sont donc près de 200 machines qui furent commandées entre 1950 et 1970, réparties entre les séries 22, 23, 25 et 26.

Les 83 locomotives du Type 123 (série 23) furent construites entre 1955 et 1957, par les Ateliers Mécaniques de Nivelles pour la partie mécaniques et les ACEC à Charleroi pour la partie électriques. Elles sont très semblables à celles de la série 22, à l'exception de quelques améliorations grâce à l'expérience acquise sur la série 22. La différence la plus visible concerne les aérateurs, situés sur le flanc et non plus sur le toit (ce qui les rendait trop sensibles au vent), mais on peut également relever l'apparition d'un frein à récupération ou une plus grande adhérence au rail.

La première des 83 motrices fut livrée en novembre 1955, dans une livrée verte similaire aux motrices de la série 22. Les machines furent d'abord affectées à la traction sur la ligne 162 vers le Luxembourg, au profil escarpé (en attendant que la future série 26 ne s'empare de ce service quelques années plus tard). Elles ont ensuite sillonné l'ensemble de la Belgique, principalement au crochet de trains de marchandises. Il n'était néanmoins pas rare de les voir tracter des trains de voyageurs.

Ce sont des locomotives de type Bo' – Bo' d'une masse totale de 93 tonnes, d'une puissance de 1730 KW et d'une longueur de 18 mètres. Leur vitesse maximale est de 130km/heure.

Elles connurent les livrées vert foncé, deux tons de vert, jaune avec bandeau bleu inférieur, une curieuse livrée zébrée pour une d'entre elles : jaune avec lignes vertes, enfin bleu avec bande centrale jaune et marquage e visibilité sur les faces avant. Ça motrice 2338 fut la dernière locomotive verte de la SNCB. Le numéro à l'avant de la motrice 2361 est écrit dans des caractères beaucoup plus fins que de coutume.

Dans la 2e moitié des années 1970, les motrices ont été adaptées pour pouvoir circuler en unité multiple, tant avec une motrice de la série 23 qu'une motrice de la série 26. Les motrices 2306, 2313, 2317, 2320, 2321 et 2331 reçurent également un aérateur supplémentaire pour pallier des problèmes de refroidissement, tandis que les locomotives 2303, 2306, 2321, 2323, 2327, 2344, 2359, 2364, 2366, 2367, 2374. ont été munies de l'attelage automatique.
Par ailleurs, la motrice 123.083 a été momentanément reconstruite en une "nouvelle" locomotive du type 124, afin de servir de prototype pour une éventuelle locomotive polytension. 

Deux motrices de la série (2361 et 2383)  se sont vues attribuer une mission tout à fait particulière, à savoir le service d'allège dans les plans inclinés de Liège qui consiste à aider les convois à monter la côte en poussant l'arrière de la rame. Pour cela, elles furent munies de butoirs élargis (pour éviter le chevauchement entre les butoirs de la motrice et ceux de la queue de la rame poussée) ainsi que d'un manomètre permettant de contrôler la poussée exercée.

Ces locomotives sont toujours en service en 2010. On peut les rencontrer notamment en UM entre Arlon et Antwerpen où elles assurent l'approvisionnement du Grand-Duché de Luxembourg en combustible par train bloc de wagons citernes.

Une composition étonnante : HLE 23 (réserve) + 5 M6 (M5b, M6A déclassée, M6B, M6´B vélo et M6A entre Bruxelles-midi et Arlon, en 2008.

150.00.12.pdf